Face humaine faite de connexion au sein d'un vortex sur fond de vortex d'eau

Qu’est-ce que la réalité ?

Voilà une question que peu d’entre-nous se pose réellement ? Pour la plupart, notre quotidien se vit en mode pilotage automatique : nos conditionnements, nos habitudes et les autoroutes de l’information dans nos réseaux neuronaux nous rendent peu attentifs à ce que nous faisons, machinalement.
Selon certaines études, 50% de nos pensées n’ont rien à voir avec notre activité de l’instant[1]. Automatismes ?

Alors, la question sous-jacente s’invite : qui sommes-nous réellement ?

Machine isolée vs organisme connecté

Pour les matérialistes, les scientistes, les mondialistes et autres adeptes du transhumanisme eugéniste, l’humain est juste une machine isolée. La physique classique positionne cette « machine » comme dépendante de l’espace-temps, « parfaitement définie » par l’expansion de la thermodynamique[2], la chimie et le mouvement linéaire « masculin », passé vers futur.

Pourtant au 20ème siècle, la physique quantique a introduit de nouvelles lois qui expliquent les fonctionnements de la matière, là où la physique classique, celle de Newton et de la gravitation, ne peut fournir d’explication.

Ainsi pour les meilleurs scientifiques, la physique quantique sert-elle désormais de pont entre la science moderne et la spiritualité[3].

Le temps et l’espace

Pour certains physiciens, le monde n’est pas une horloge mais une espèce d’organisme, interconnecté où la pensée peut influencer le monde.

Le temps et l’espace ne sont que des concepts de cette non-substance qui est tout à la fois : passé, présent et futur.
La nature de chaque chose est la même, la Source Ultime qui ne dépend de rien d’autre que d’elle-même.
Par contre, le contenu de chaque chose est une couleur différente et impermanente de cette non-substance, de cette Source permanente, intemporelle. Les déformations de cette non-substance donnent vie à des contenus, des couleurs, des choses qui ne sont pas distinctes ou isolées de la Source. Comme la vague qui ne peut-être séparée de l’océan mais qui a pourtant un début et une fin dans sa couleur de vague, mais qui n’a qu’une seule nature : l’eau de l’océan.

Tous semblables et connectés

Pour éviter de rester aux portes de la perception. Une brillante illustration.

Source : https://www.filmatrix.fr/scene1/?reg=71281&pname=scene1
J’adore Huckabees – Un film de David O. Russell avec Jason Schwartzman, Isabelle Huppert, Dustin Hoffman – Titre original I Heart Huckabees. USA, 1996

Une Source ultime

Entre 800 et 700 ans avant JC, les Upanishad exposaient cette logique implacable : l’impermanent peut-il être observé et créé in fine par autre chose que du permanent ? Peut-il y a avoir deux sources ultimes permanentes qui s’observent, ne dépendent que d’elles-mêmes et créent le reste ? Évidemment non.

L’intrication quantique

La révolution quantique a permis de définir que les particules élémentaires qui constituent toute matière, sont à la fois ondes et corpuscules ! L’univers physique, vu par la physique classique, n’est donc en réalité pas très physique : les particules sont des ondes de probabilités et peuvent se situer à 3 000 endroits simultanément ![4]

Ainsi, prix Nobel de physique en 2022, le français Alain Aspect a prouvé en 1982 que la nature est non locale. Contrairement à ce que croyait Albert Einstein, l’information à l’origine de toute matière, circule à une vitesse infinie. Elle est donc instantanée : la nature n’est donc pas uniquement soumise à la loi de la relativité et à la vitesse de la lumière[5].
L’intrication quantique n’est toujours pas considérée par la médecine ou la climatologie, deux pseudosciences qui propagent des idéologies qui sont donc sans aucun fondement scientifique, puisqu’ignorant less principes même de la matière.

Comment peut-on en effet considérer une science qui étudie un objet dont la matérialité est virtuelle et dont le principe même d’interconnexion immédiate au grand Tout, à la Source Ultime permanente est purement ignoré ? Sérieux ?

L’univers, par sa nature même, est connecté à travers des connexions de trous de ver et de trous noirs à toutes les échelles, pas seulement de façon linéaire à une seule échelle mais à toutes les échelles et nous faisons partie de cet univers connecté.
– Nassim Haramein, physicien chercheur, Resonance Science Foundation

Réalité et observateur

La réalité observable par un observateur est donc limitée, influencée et filtrée par ses sens. Et en particulier par son cerveau qui analyse, identifie, reconnait et mémorise en permanence.  Cette mémoire constitue l’illusion d’une continuité qui n’existe pas.

Selon le Dr Joe Dispenza, le cerveau traite 400 milliards de bits d’information par seconde dont seulement 2 000 consciemment. Cela signifie que la « réalité observable » – forcément partielle se déroule uniquement dans notre cerveau.

Les particules élémentaires sont des ondes et des particules dont la position se fixe par le regard de l’observateur. Pratique, parce que si la matière n’était qu’une onde, le toucher, la vue, la perception ne seraient pas du tout les mêmes ! Imagine notre vue limitée aux seuls rayons X ou aux seuls infra-rouges…

L’égo, un processus naturel

Le nourrisson ne connait et n’est pas identifié à son personnage jusqu’à l’âge de 2 ans. Il est connecté à la source ultime et se révèle dans ses élans de Vie spontanés. Il joue, crie, pleure, rit, marche sans raison, sans but.

Puis, au fur et à mesure qu’il découvre son environnement, les contraintes, les injonctions, l’éducation, son apprentissage du bien et mal, de l’agréable et désagréable, etc. vont devenir autant de conditionnements qui vont freiner ses élans spontanés de vie.

Ignorance et croyances, sources de souffrance

Avec l’âge, du stade de nourrisson à l’enfant, puis de l’adolescent et l’adulte, les règles vont façonner un personnage, une identité. Les croyances et les certitudes vont devenir autant des frontières qui scelle le personnage dans son « qui-suis-je« .

L’idéologie et l’endoctrinement pratiqués par les matérialistes renforcent ce déni que l’humain, comme toute forme de vie, reste connecté à la source intemporelle. Nous n’en sommes aucunement séparés même si nous avons totalement oublié notre origine.

C’est cet oubli qui crée notre souffrance. Notre enveloppe corporelle n’est qu’une illusion fabriquée en permanence par nos sens qui limitent notre perception d’une réalité bien plus grande, intemporelle, omnisciente et non conceptualisable par un cerveau humain.

Etre ou ne pas être humain, il faut choisir. L’abandon de l’humanité ne consiste alors pas dans une existence surhumaine, fantasme lié au désir d’excéder nos limites, mais dans l’intériorisation du devenir cosmique de cette existence.
– Guillaume Lurson, Professeur agrégé de philosophie et doctorant.

Que sait-on vraiment de la réalité ?

« What the bleep do we know? » est un documentaire-fiction qui met en scène Amanda de façon amusante dans ses réactions du quotidien. Les explications de la physique quantique et de la philosophie sont le fait de nombreux scientifiques et chercheurs. Passionnant.

Qu’est-ce que la matière ?

Les matérialistes, les scientistes, le corps médical ou les « fonctionnaires » du GIEC par exemple, considèrent la matière dans sa partie visible, une infime partie de la face émergée de l’iceberg.

Pour ces grands ignorants qui craignent encore les virus ou le climat au 21ème siècle, les 0.001% du visible sont plus importants que les 99.999% de l’invisible qui, selon leurs propres ignorance et impotence, n’a aucune incidence. Ah oui ?

Pourtant c’est bien dans le silence du vide quantique, que le Vivant visible puise son existence, entre autres, grâce aux ondes.

La matière visible est issue de l'invisible par un champ d'énergies, lui même créé par un champ d'informations

Le cerveau peut-il percevoir la totalité ?

Seule une observation attentive et un discernement sans faille peuvent nous conduire à voir que notre cerveau n’est qu’un fragment. Qu’un fragment ne peut voir que ce qui est partiel. Et que ce cerveau ne peut concevoir des outils que dans la limite de son savoir, forcément partiel.

Par contre, la connaissance peut-être accessible, en dehors du mental. D’ailleurs, de nombreuses parties du corps humain fonctionnement indépendamment du néocortex. Le corps est d’ailleurs constitué de multiples cerveaux, neurones et neurotransmetteurs.

L’alchimie de cet ensemble rend obsolète la vision transhumaniste eugéniste d’un humain qui ne serait qu’une machine chimique isolée.

Schéma de conscience présentant la dualité entre le visible, conceptualisable, et l'invisible non conceptualisable pour un cerveau humain.

Références et Ressources

[1] Le neuroscientifique Michel Le Van Quyen sur nos ruminations mentales https://www.youtube.com/watch?v=l5GRodE6bXk&t

[2] Selon la thermodynamique, les choses se déploient et vont vers l’avant, cela déforme le temps.
Mais dans le monde quantique, les choses peuvent reculer ou être intemporelles.
Cf le documentaire ARTE sur le temps https://www.youtube.com/watch?v=EXLPp1PHGt8

La théorie SAPI-WHORF sur le temps des Hopi https://www.youtube.com/watch?v=u6eXw0AAKZ8

[3] La conscience est une variable introduite par certains scientifiques dans les équations qui expliquent le vivant.
Voir l’article La science sert-elle l’ignorance ? Quand les sagesses orientales rejoignent la physique quantique, le cerveau ne peut percevoir la totalité.

[4] Cf le Film « What the Bleep do wo know ? » En référence et visionnage ci-dessus.

Autres ressources

Le documentaire Solar Revolution, introduit plusieurs notions scientifiques importantes :

  • la science en devenant dogmatique se coupe de la réalité ;
  • les champs magnétiques terrestre et solaire impactent la conscience humaine ;
  • la DMT, dimethyltryptamine, son rôle sur la censure du cerveau.

Voir le documentaire Solar Revolution

Tu n’es pas ce que tu crois être – Trouve ce que tu es – Observe le sens de « Je suis », découvre ton véritable Soi…  J’ai fait ce que m’a dit de faire mon Maître. Tout temps gagné, je le consacrai à m’observer en silence. Cela opéra en moi un changement rapide et profond. Il ne me fallut pas plus de trois années pour réaliser ma véritable nature.
Nisargadatta Maharaj, maître indien, in « Je suis » aux ed. Les deux océans

 

Les livres d’histoire sont-ils faux ? Pour apporter un peu d’humilité à nos croyances qui ne sont en aucun cas des critères de science, ce documentaire sur les Bâtisseurs de l’Ancien Monde laisse à penser que notre civilisation ne serait pas la plus évoluée, tout du moins sur certains points.
https://www.youtube.com/watch?v=EHs6Gj7Cxzg

Crédit photo : Gerd Altmann de Pixabay

Un commentaire ?