Jeune écolière portant un masque contre la pollution

Pandémie Covid-19 : l’appel au réveil, à l’éveil et à la vraie écologie ?

Saurons-nous saisir l’opportunité de réflexion et prise de conscience que suggère une pandémie ?

Allons-nous vers un éveil massif des populations à respecter davantage la nature, notre nature ou vers un renforcement de la dépendance antiécologique à la chimie et aux technologies ?

Notre monde est de plus en plus fou et anxiogène. La course à l’argent pour se nourrir, se loger et se distraire de façon toujours plus futile, accapare la presque totalité de nos journées.

Cette course matérialiste, totalement superficielle et qui s’écarte en bien des façons de nos aspirations essentielles et intemporelles – béatitude, sérénité, joie, est aujourd’hui la cause première de cette pandémie.

Comme pour le corps-esprit avec l’homéostasie, l’équilibre naturel, principale loi universelle, est pour le moment rompu. Le symptôme direct, conséquence majeure parmi d’autres, est cette pandémie qui touche les plus affaiblis.

S’il ne s’agit pas de minimiser la dangerosité du coronavirus Covid-19 pour certains, la crise doit être propice à la réflexion, aux questions de fond sur la santé, la maladie, notre système sociétal et notre mode de vie.

Car l’enjeu est d’aborder la Vie avec une vision plus globale, qui engage notre responsabilité à tous les niveaux, i.e. notre capacité à apporter la réponse aux problèmes liés à l’industrialisation et la robotisation de nos fonctionnements

Un constat amer : la santé de plus en plus fragile

L’humanité fait actuellement face à une régression sans précédent dans son histoire.  Les enfants sont désormais plus malades que la génération de leurs parents[1]. Les seniors[2], particulièrement pollués ont un système immunitaire[3] et une vitalité de plus en plus faibles.

Certes, le taux de mortalité chez les moins de 5 ans a fortement chuté depuis le siècle dernier. Mais est-ce uniquement dû à la médecine ou aux progrès de l’hygiène, de l’assainissement des villes, d’une meilleure alimentation ou de la paix dans les pays en développement ?

Considérant que :

  • le monde compte plus de 70 millions de gens atteint de TSA[4]Troubles du Spectre de l’Autisme ;
  • les épidémies de diabète, maladies dégénérativesAlzheimer, Parkinson, sclérose en plaques –, cancers, maladies cardio-vasculaire sont présentes et progressent dans tous les pays dits développés ;
  • les soins médicaux sont la troisième cause de mortalité aux USA[5] !
  • Entre 10 et 30 000 personnes meurent des suites d’accidents médicamenteux en France [5a] !
  • 8 000 maladies idiopathiques ou orphelines, plus ou moins rares sont sans origine connue [6]

Quelle légitimité peut-on dès lors accorder à des autorités administratives et politiques financées par des industriels ? Vous avez dit conflits d’intérêts [6a]? [Mais chut… Pas de mots qui fâchent entre nous… 🙁 ]

Santé et responsabilité

Toutes ces maladies sont liées au mode de vie occidental et aux techniques dites modernes d’agro-chimie, d’élevages industriels, d’alimentation industrielle, de médecine chimique, d’énergie et télécommunications, toutes, sources de pollution car ne respectant pas la nature[7a].

Les vaccins sont à la santé ce que les pesticides sont à l’agriculture[7b] ou les additifs chimiques à l’alimentation industrielle[7c] : des accessoires inutiles ou non indispensables, antiécologiques et destructeurs de vie.

Leur seul mérite ? Un profit économique pour leurs promoteurs et un confort, parfois maigre et à très court terme, pour le consommateur…

  • Santé ou maladie ne peuvent se résumer à une action ciblée de virus, bactéries ou gêne.
  • Le complexe et harmonieux univers corps-esprit est régi notamment par la loi universelle d’électromagnétisme.
  • Il est désormais scientifiquement établi que le développement de nos cellules est conditionné, en premier lieu, par son environnement électromagnétique[7].

Dans son livre « L’enquête Campbell », le Pr Colin Campbell distingue d’ailleurs un tableau des maladies de la prospérité/abondance, de celles liées à la pauvreté – malnutrition et mauvaise hygiène. Tout au long de sa carrière, le Pr Campbell a réalisé l’équivalent de 74 années d’études et de recherches sur le cancer et l’alimentation. Il confirme l’impact décisif de notre hygiène de vie sur notre santé[8].

Avant de soigner quelqu’un, demandez-lui s’il est prêt à abandonner les choses qui l’ont rendu malade.– Hipocrate, -460, -377 av JC

Un virus comme déclencheur

Les sources du COVID-19 sont pour le grand public incertaines :

  • Fuite accidentelle ou non du laboratoire P4 de Wuhan – spécialisé dans l’étude des coronavirus testés sur des animaux sauvages[8a],
  • Animaux sauvages vendus sur les marchés chinois – désormais interdits [8b],
  • Campagne de vaccination anti-méningite en Lombardie – s’ajoutant à la vaccination saisonnière contre la grippe, fragilisant les seniors [9a],
  • Ou conséquence du déploiement de la 5G [8c]Wuhan leader du déploiement 5G dans le monde, dans une moindre mesure l’Italie… – ?

Quoi qu’il en soit, la maladie n’est possible que sur un terrain propice[9], i.e. là où le corps-esprit n’est plus à même de garantir l’équilibre, de maintenir l’homéostasie, parce qu’il est en mode burn-out.

Épuisés à traiter toutes les pollutions, les filtres et émonctoiresintestins, foie, reins, pancréas, poumons, peau  – ne peuvent plus évacuer correctement les déchets.
Ce d’autant que le manque d’énergie vitaleapportée par la joie, le repos et une bonne alimentation – est systématique chez certains, en particulier les seniors.

Mais quelle est l’origine d’un virus ? Cet organisme non vivant, qui mute en permanence et qui a besoin d’un hôte pour se développer. Si l’on sait fabriquer en laboratoire des virus, comment la nature les fabrique-t-elle ?

Et si les virus était simplement une excrétion d’une cellule devenue toxique ? Et si les virus étaient simplement des parties d’ADN et d’ARN avec quelques protéines qui s’extraient de la cellule lorsque celle-ci est empoisonnée ? Les virus ne seraient alors la cause de rien mais simplement une conséquence ?[10]

Comme tout le corps-esprit est fait de matière et d’ondes électromagnétiques, la toxicité des cellules serait due à des désordres électromagnétiques en provenance de pensées, émotions – peur, colère, d’aliments, de l’inspire, de sons  et/ou du smog électromagnétique industriel – Wifi, 3G-5G, compteurs communicants, etc.

La 5G accélère-t-elle la pandémie ?
  • Depuis les années 1930 et l’avènement du four à micro-ondes, plus de 30 000 études scientifiques[10a] ont prouvé l’impact et la dangerosité des hyper-fréquences électromagnétiques, appelées micro-ondes ou ondes millimétriques.
  • Depuis la guerre froide, les études militaires ont mis en évidence que les micro-ondes électromagnétiques peuvent influencer le comportement, rendre malade et même tuer.
  • Les faits scientifiques reproductibles sont en partie expliqués, démontrés et observables, notamment au microscope. Ils mettent en évidence, entre autres :
    • une altération des capacités sanguines et donc d’oxygénation – Tiens donc ! Avec le Covid-19, les complications ne sont-elles pas respiratoires ? 
    • une production de radicaux libres accélérant le vieillissement ;
    • une perturbation du système neurovégétatif qui régule toutes les fonctions autonomes du corps – respiration, circulation sanguine, digestion, posture, etc.
    • des tensions dans les muscles antagonistes. Ces tensions contractent les canaux sanguins et accentuent la mauvaise circulation sanguine,
    • une hyper-perméabilité nocive des barrière hémato-encéphalique et paroi intestinale, ce qui contribue à une pollution sanguine néfaste à l’alimentation et l’élimination…
    • la durée d’exposition et l’omniprésence des ondes interdisent les fonctions essentielles de régénération du corps-esprit.

Le Pr Antoine Béchamp, reconnu par certains comme le plus grand savant biologiste de tous les temps, a découvert scientifiquement les microzymas.
Cette découverte majeure a été occultée par les industriels de la pharmacie, donc par la médecine et les politiques. La notion même d’agression microbienne et de vaccination perd alors tout son sens.
Les documents scientifiques de Béchamp ont été détruits aux USA. Pour priver les scientifiques de ces ressources ? Son portrait a même été enlevé de la salle des actes de la fac de médecine de Montpellier où figure tous ses collègues… Ses 30 années de recherches dérangeraient-elles le business model des industriels ?

Les microzymas, observables au microscope, sont des travailleurs infatigables de tout être vivant. Ils en assurent la Vie.

Leur structure est connue :

  • beaucoup de molécules d’eau sous forme de gel,
  • un cristal de silicium qui permet de stocker l’information énergétique des mémoires ataviques et acquises,
  • une molécule L-Ascorbique (Vitamine C).

Les microzymas créent ces micro-organismes que Louis Pasteur a nommé bactéries. La notion de virus a ensuite été inventée pour répondre au besoin d’explication des maladies sans bactérie.

Ici, la contagion n’a pas de sens. La bactérie ou le virus sont créés puis démontés par le corps-esprit pour répondre à un dysfonctionnement. Les virus ou bactéries dans l’air, sont des agglomérats de microzymas provenant de végétaux ou animaux morts. Ils sont inoffensifs car le propre du microzymas est de ne pouvoir être actif que chez son hôte. [10b]

Nos pensées, nos émotions conditionnent davantage notre métabolisme que la chimie

L’impact des ondes électromagnétiques sur la santé et le bonheur

La pollution, facteur d’activation

Les politiques ont déclaré le CO2 ennemi public N° 1 avec un réchauffement climatique exterminateur, selon une hypothèse non démontrée scientifiquement.

La tromperie sur le débat écologique est aujourd’hui clairement établie : les risques sanitaires liés à l’empoisonnement des populations sont majeurs et immédiats.
Cette pandémie a déclenché une véritable panique sanitaire, économique et sociale au même titre qu’une guerre mondiale.

Est-ce justifié ?

La peur n’est que le reflet de l’ignorance. Aucun élément ne justifie une telle panique. L’incompétence affichée des autorités, qui se contredisent et sont incapables de prendre exemple sur les bons élèves – Japon, Taiwan ou Corée du Sud avec prévention et diagnostic – amplifie la panique. Le discours guerrier, en lieu et place d’un énoncé factuel scientifique rassurant, a pu justifier du confinement mais a eu également pour conséquence de stimuler la panique chez les plus faibles.

Les pollutions les plus importantes et urgentes à traiter ne sont donc pas celles qui affectent le climat mais celles qui affectent les hommes, les animaux et les végétaux.
En respectant l’homme, l’animal et le végétal dans leur nature, nous respecterons la planète !
L’inverse est totalement faux.

Les compteurs communicants et la 5G sont « vendus » comme étant les solutions pour garantir l’écologie… Ne sont-ils pas antiécologiques par nature ?

L’écologie ne doit-elle pas prioriser le respect du vivant : humains, animaux et végétaux ?
Ce en commençant par les sols, l’eau et l’air qui constituent les aliments des végétaux, eux-mêmes aliments des humains et des animaux ?

A la différence des produits naturels, les consommables chimiques brevetables sont commercialisables avec de forts rendements financiers. [Oh la la ! Le dérapage politiquement incorrect… 😉 ]

Tous les artifices industriels chimiques, technologiques et électromagnétiques sont potentiellement dangereux pour le vivant avec un effet cocktail, qui rend complexe l’identification d’une cause précise pour toutes ces nouvelles maladies de civilisation.

La seule cause primaire de toute maladie est une rupture d’homéostasie.
Le corps-esprit n’a plus la vitalité suffisante pour oxygéner, éliminer, régénérer, réguler, équilibrer selon son cycle naturel.
Il passe alors en mode crise d’élimination pour garantir le retour à l’équilibre. Cette crise, plus ou moins violente, se manifeste par un ou plusieurs symptômes.

Dans un total irrespect d’une démarche scientifique rigoureuse, l’effet cocktail pollutions est cependant nié pour des raisons économiques et d’hyper spécialisation médicale… Il est en effet difficile de trouver des médecins humbles, capables d’appréhender l’individu dans une globalité corps-esprit-énergie-hygiène de vie.

La pandémie COVID-19 confirme pourtant que les plus faibles dans les régions les plus polluées sont les premiers à succomber.
Est-ce un hasard ?

Les cocktails de pesticides, additifs alimentaires, métaux lourds omniprésents, aliments « chimiques » privés de micro-nutriments, interférences électromagnétiques, médicaments, stress psychologiques, sont autant de facteurs qui sur-sollicitent le système immunitaire et nous privent d’éléments nutritifs vitaux.

Ce sont toutes nos fonctions vitales – digestion, posture, respiration, circulation sanguine, régénération, etc. – qui sont impactées avec le système neurovégétatif.

Le stress ainsi généré par ces agressions permanentes crée des déséquilibres entre les systèmes nerveux sympathiqueaction, stress – et parasympathiquerepos, calme, régénération – et favorise l’épuisement général.

Certains naturopathes nous alertent par exemple sur la consommation excessive de céréales – riz, pâtes, incroyable le hasard…– qui crée de la « colle » dans la lymphe. Le corps humain est fait de 35 à 55 litres de lymphe.  Pour évacuer ces colles indésirables, notre éboueur naturel va utiliser l’émonctoire poumons, facilitant ainsi par engorgement les pathologies pulmonaires.
Lorsque l’on y associe la pollution électromagnétique3G-5G, Wifi, compteurs communicants, etc. – qui affaiblit notamment la respiration et la circulation sanguine, le phénomène s’amplifie !

Le CO2, inoffensif pour l’homme et aliment naturel des végétaux, ne doit donc pas servir d’étendard à une écologie leurre.
Cette écologie politique sert à taxer toujours plus mais dans un même temps, les vrais poisons
pesticides, 5G, compteurs communicants, vaccinssont valorisés comme indispensables…

Toute hystérie en faveur du climat cautionne ces politiques pseudo-écologiques car pro-technologiques et antinaturelles.

La perte d’autonomie, vecteur de propagation

Un avertissement pour une transformation ou un simple changement ?

Pour répondre à une logique de rentabilité industrielle, la mondialisation a créé une chaîne d’aliénation et le maillon faible entraîne désormais toute la chaîne dans sa chute. [11]

Les autonomies industrielle et alimentaire n’existent plus : nous sommes devenus totalement dépendants.

Pour l’autonomie corps-esprit, les moins vaillants – en particulier les seniors, ne peuvent plus se passer de médications chimiques. Affaiblis par un mode de vie qui fait la part belle à l’artificiel, au dénaturé, au superficiel, ils ont accumulé les toxines et déchets tout au long de leur vie.
La vieillesse sert d’excuse pour masquer que c’est l’accumulation des pollutions au fil du temps qui rend les seniors de plus en plus vulnérables.

L’irrespect de la nature est devenu un business mondial, dont les conséquences sont planétaires et réellement délétères. A tel point que les empoisonneurs se permettent de prédire – à juste titre – des pandémies pour justifier de toujours plus d’empoisonnement technologique – vaccinations, contrôle des populations, big data, etc.

Alors inconscience, incompétence, malveillance, corruption ? [Heu… c’est juste des questions… Note bien que j’ai une idée sur les réponses 😉 ]

Tant que le grand public sera focalisé sur la maladie et non sur la santé, nous serons à la merci de politiques autoritaires dictées par les industries, pharmaceutique, agro-chimique et technologique.

Pollutions industrielles et fraudes scientifiques

Tout mauvais système finit par s’autodétruire, ce par rupture définitive d’un équilibre. A force de trop tirer sur la corde…

L’incompétence et la corruption politique, les mensonges des industriels[12]  ne peuvent perdurer qu’avec une certaine complicité d’un consommateur immature, indolent et ignorant.

Mais qui peut encore aujourd’hui accorder une quelconque légitimité à des autorités qui précipitent l’humanité dans un désastre écologique sans précédent, détruisant sol, eau, air et toute créature vivante ? Et servir le tout avec un discours moralisateur sur l’écologie !

Depuis près d’un siècle, les vaccins[13] sont présentés comme un remède miracle aux infections dans un mensonge similaire à celui de l’action des radars sur la sécurité routière.

En faisant l’impasse sur les vraies causes qui ont fait reculer les maladies infectieuses – conditions d’hygiène, alimentation et assainissement, la médecine chimique moderne est devenue prisonnière d’un dogme basé sur les croyances du 19ème siècle.

Depuis, les découvertes et preuves scientifiques des 20ème et 21ème siècles ont démontré la dangerosité et l’inutilité de la démarche vaccinale.

L’aveuglement à la croyance vaccinale, hérésie scientifique avérée, fait du vaccin le produit commercial le plus profitable de l’industrie mondiale.
Et il aura fallu 200 ans de notre ère moderne pour interdire l’amiante dont la toxicité était connue dès l’Antiquité, soit plus de 2 000 ans !

La pandémie coronavirus prouve qu’il y aura toujours des virus et qu’il est illusoire de croire possible de créer autant de vaccins qu’il y a de virus – et de variantes mutantes de ces virus. Actuellement 11 vaccins, 230 composés chimiques hautement toxiques, des interactions non maîtrisées, de profondes inconnues sur la composition des cultures pour leur fabrication…

Peut-on aller toujours plus loin dans cette chimie non maîtrisée ? Chimie dont le bien-fondé n’a jamais été scientifiquement démontré ? Les preuves scientifiques du contraire et l’explosion des maladies neurodégénératives éludent définitivement le débat sur sa toxicité pour les gens informés et honnêtes. Les épidémies de peste des 13ème et 14ème siècles ont-elles été d’ailleurs éradiquées par un vaccin ?

La seule méthode, performante mais incompatible avec le business model des industriels[14] est de renforcer le système immunitaire et plus globalement le corps-esprit… en respectant la nature par une hygiène de vie qui s’appuie sur les principes et besoins du vivant.

Peut-on réellement en conscience et avec un minimum de connaissances scientifiques, accepter cette fausse croyance que la chimie peut faire mieux que cet univers corps-esprit qui orchestre en permanence des billions de milliards d’interactions entre ses quelques 40 mille milliards de cellules ? Dont la majorité sont des bactéries, champignons et virus ! Louis Pasteur l’ignorait.
[Reprends ton souffle, c’est pas encore l’heure de manger ! 🙂 ]

Soyons sérieux et humbles : quel cerveau humain peut prétendre appréhender dans sa globalité, la merveilleuse harmonie et complexité de cet univers corps-esprit, fait d’énergie et de matière ? Un univers corps-esprit qui interagit avec son environnement et est directement impacté, en positif ou en négatif, par toutes les ondes électromagnétiques endogènes et exogènes ?

Comment ce pays est arrivé dans un tel état que l’on préfère écouter les gens qui ne savent pas plutôt que ceux qui savent ?
– Pr Didier Raoult, infectiologue, in La Provence, le 21 mars 2020 [14a]

Mature et nature ? Quels choix pour quels intérêts ?

Alors que les violences politico-industrielles imposent des technologies antiécologiques pour toujours plus de productivité, taxes et rentabilité, la question se pose : avons-nous encore le choix de ne pas respecter la nature, notre nature ?
D’ignorer que nous avons besoin de bien respirer, de bien nous alimenter, de nous régénérer, d’éliminer, de créer, de bouger, d’être dans la joie et l’amour ?
D’être serein et libre ?

La pandémie nous rappelle que les pollutions[15] créent la maladie et la crise économique nous interpelle sur les vraies raisons de la dette publique.

Quelle est-elle ? A qui profite-t-elle ? Quels profits le citoyen en retire-t-il ?[16]

Combien de temps pourrons-nous continuer de subir l’égoïsme et les délinquances politico-industriels sur fond de gaspillage d’argent public, de privilèges et passe-droits ?

Peut-on durablement subir les coûteuses injustices qui font que le simple agent de l’assemblée nationale gagne plus que la plupart des médecins en activité, tant libéraux qu’hospitaliers, soit à minima 6 400 € nets/mois ?[16b] [La pénibilité du job… 🙂 ]

Il est venu le temps de prendre conscience que nous récoltons ce que nous semons depuis un siècle : les empoisonnements chimiques, électromagnétiques et économiques imposeront tôt ou tard une purge de ce système gangrené. Un système qui nous anime et dont nous sommes acteurs et victimes.

André Malraux nous avait prévenus : le 21ème sera mystique ou ne sera pas[17].

Par mystique, il faut entendre le respect de la nature et l’éveil de sa conscience vers une réalité transcendante qui dépasse le cadre de son petit moi, de son mental étriqué, de son ego surdimensionné.

C’est au cœur des ténèbres que l’homme voit le mieux les étoiles.
– Ralph Waldo Emerson, 1803-1882

Les adultes forts savent se remettre en cause.
Reconnaître ses erreurs, s’inscrire dans le mouvement de la vie pour évoluer, communier davantage avec la nature est un signe de confiance et d’estime de soi.

C’est aussi comprendre que nous ne formons qu’un tout. Que lorsque je détruis une part de ce tout à l’extérieur de moi, c’est aussi mon univers corps-esprit qui s’en trouve affecté. A plus ou moins court terme. Le très court terme frappe maintenant à notre porte.

Parce que clairvoyance rime avec bienveillance,
Et que lucidité n’exclut pas bonté,
Abordons avec simplicité, l’heureuse sobriété[19].
Évitons la peur pour rayonner de bonheur,
Associons vraies sciences et conscience,
Pour effacer ignorances et croyances.
Devenons matures et respectons la nature.
La juste attitude se trouve dans la béatitude,
Que le ici et maintenant est notre seul présent.
Et s’il y a maints chemins pour enchanter son destin,
Que la joie soit notre seule et unique voie.

Nous n’échapperons pas à la remise en cause de nos pratiques, de nos peurs et de nos croyances[18].
La maturité, la liberté et la sérénité sont possibles. Pour tous.

Le confinement nous impose en tout cas un mode de vie plus compatible avec nos aspirations naturelles. Puisse tout un chacun en découvrir les bienfaits pour adopter une nouvelle route, plus respectueuse de notre organisme, moins trépidante et moins stressante.

Mes propos et réflexions ne constituent en aucun cas un jugement, une condamnation mais plutôt une invitation à booster l’écologie pour l’humain. Nous pouvons le faire dans la douceur, la sérénité en adoptant la juste attitude le plus tôt possible. Attendre d’y être contraint serait plus douloureux.

Notre rôle de consommateur-citoyen-électeur sera déterminant pour envoyer des messages forts aux autorités politico-industrielles qui imposent leur stratégie consumériste particulièrement toxique pour le vivant… et la planète.

(Res)sources

[1] La santé se dégrade :

[2] Maladie des seniors :

[3] Le système immunitaire et le Coronavirus par Thierry Casasnovas,  https://youtu.be/Rj0h5UzHOeU

[4] Autisme et TSA :

[5] In L’enquête Campbell, aux éditions Les arènes :

  • page 41, Anderson RN. « Death ; leading causes for 2000. » National Vital Statistics Reports 50(16) 2002
  • page 42, Lazarou J, Pomerane B and Corey PN. « Incidence of adverse drug reactions in hospitalized patients. » JAMA 279 (1998) : 1200-1205 : Dans la majorité des décès liés aux soins médicaux, en première position on retrouve les effets secondaires des médicaments
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9555760
Nombre annuel Américains décédés :
D’erreurs médicales7 400
D’interventions chirurgicales inutiles12 000
D’autres erreurs évitables dans les hôpitaux20 000
D’infections en milieu hospitalier80 000
D’effets secondaires dus aux médicaments106 000

 

[5a] Bernard Bégaud et Dominique Costagliola, Rapport sur la surveillance et la promotion du bon usage du médicament en France :
https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_Begaud_Costagliola.pdf

[6]  Maladies orphelines
https://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/mag0126/dossier/sa_4000_maladies_orphelines_niv2.htm

[6a] Gabriel Combris, Journaliste d’investigation, « Les industriels imposent les décisions politiques en matière de santé », https://directe-sante.com/pages/macron-video-interdite

[7] La vie d’une cellule est conditionnée par son environnement électromagnétique et non par les gênes

[7a] Dr Jean-Pierre Willem, Chirurgien & Anthropologue,

  • « 102 maladies du XXIè siècle – 102 prescriptions naturelles », Testez Editions
  • « Les dégâts des métaux lourds : Prévention et détoxication naturelle », Guy Tredaniel Editeur
  • « Pollutions et santé – Faire face à toutes les pollutions et les enrayer », Guy Tredaniel Editeur

[7b] Cf Lydia et Claude Bourguigon, « Le sol, la terre et les champs – Pour retrouver une agriculture saine », éditions Sang de la Terre
Entretien d’une heure, Aux Arbres 2018, 18 octobre 2018 ; https://youtu.be/8YtMQuJOTtc

[7c] Additifs alimentaires

[8] In L’enquête Campbell, aux éditions Les arènes, page 123

[8a] Professeur Luc Montagnier, virologue et Prix Nobel, le virus a été créé en laboratoire, https://youtu.be/qSWCLHIOiMo

[8b] Serge Morand, chercheur au CNRS, « La crise écologique crée la crise sanitaire », https://www.facebook.com/watch/?v=977290625999531

[8c] Des études montrent une corrélation entre les foyers infectieux et les déploiements 5G :

[9] Covid-19 : 8 vérités à propager, quand la peur et la pollution vaccinale favorisent la mortalité des seniors déjà atteint de pathologie pulmonaire, par Yves Rasir :
https://mailchi.mp/neosante/covid-19-8-vrits-propager

[9a]La pollution vaccinale en Italie et le coronavirus, par Yves Rasir : https://mailchi.mp/neosante/covid-19-on-tient-un-suspect

[10] De l’origine des virus

[10a] Répertoire de plus de 30 000 études scientifiques sur l’incidence des ondes électromagnétiques : https://www.emf-portal.org/en

[10b]Et si notre organisme n’était pas stérile, retour sur un siècle d’erreurs scientifiques : https://www.aimsib.org/2019/03/10/et-si-notre-organisme-netait-pas-du-tout-sterile-un-siecle-derreurs-scientifiques/
vidéo explicative de la découverte et du fonctionnement des microzymas : https://youtu.be/sG0U-1eIFYg

[11] Chronique de Natacha Polony sur la mondialisation et la perte d’autonomie :
https://polony.tv/focus/content-coronavirus-2020-annee-de-l-apocalypse-econo-3

[12] In L’enquête Campbell, aux éditions Les arènes, dans les chapitres 16 et 17 notamment, le Pr Colin Campbell décrit son vécu de tous les mécanismes de corruption des lobbies industriels pour fabriquer de vraies-fausses études orientées pour créer de vraies-fausses normes.

[13] L’aberration scientifique vaccinale :

[14] Les industriels de la pharmacie sont les formateurs de la médecine qui n’est pas une science. Le Pr Marc Henry, scientifique, « Homéopathie, médecine, science, ignorance » : https://www.aimsib.org/2020/01/26/homeopathie-medecine-science-et-ignorance-lavis-du-professeur-marc-henry/

[14a] Interview du Pr Didier Raoult, Infectiologue, La Provence, le 21/03/2020 https://www.laprovence.com/article/papier/5940125/pr-didier-raoult-je-ne-suis-pas-un-outsider-je-suis-en-avance.html
Dr Idriss Aberkane, « La corruption académique tue » https://youtu.be/SgxGQ7-3u-I

[15] Pr Dominique Belpomme, Cancérologue « La plupart des maladies sont liées à l’environnement »
https://www.lepoint.fr/sante/la-plupart-des-maladies-sont-liees-a-l-environnement-14-11-2014-1881017_40.php

[16] Que faire face à la crise ? Dr Idriss Aberkane : https://youtu.be/iGpUo-94rV0

[16b] Paul Jossé, « Salaires et avantages des 1132 fonctionnaires de l’Assemblée Nationale » : https://youtu.be/gTvP-MW-izw
L’étude : https://fr.irefeurope.org/Publications/Etudes-et-Monographies/article/La-belle-vie-des-fonctionnaires-de-l-Assemblee-nationale

[17] André Frossard, journaliste, dans Le Point du 5 juin 1993, confirme que la phrase de Malraux sur le XXIe siècle a bien été dite devant lui, probablement en mai 1968. Il n’a cependant pas dit : « Le XXIe siècle sera religieux… ou spirituel… », mais « Le XXIe siècle sera mystique ou ne sera pas », ce qui n’est pas du tout la même chose.

[18] Une réflexion du coach Arnaud Riou « Un appel à la conscience supérieure pour tirer les enseignements »
https://www.facebook.com/ar.riou/posts/2897933686911568

[19] Merci à Pierre Rabbi, « Vers la sobriété heureuse », Editions Actes Sud