Céréales cuites crues farine une table au quotidien

Céréales : sont-elles bonnes pour la santé ?

Qu’est-ce qu’une céréale ?

La céréale est universelle dans l’alimentation humaine et animale. Elle semble incontournable tant elle est omniprésente sous ses différentes formes : plantes, graines, farine, fourrage et ses dérivés transformés, pains, pâtes, pâtisseries, etc.

Les principales céréales sont le blé, le maïs, le riz, l’orge, les mils – dont le sorgo, l’avoine et le seigle. Le quinoa et l’amarante sont des pseudo-céréales.

Ces céréales et pseudo-céréales sont utilisées surtout pour leur teneur en glucides.

Glucide, hydrate de carbone

Glucide est la nouvelle appellation remplaçant celle d’hydrate de carbone. Les glucides sont constitués de carbone, d’hydrogène et d’oxygène. Les glucides constituent la principale source énergétique du corps-esprit.

Selon les sources et les “religions” (!), les préconisations pour un apport quotidien en macronutriments :

  • glucides 50 – 75%
  • lipides 15 – 20%
  • protéines 5 – 15%

Le terme glucide rassemble les deux grandes catégories de sucre selon leur structure chimique :

  • structure simple
    • monosaccharidesglucose, mannose, galactose, fructose, sorbitol, constitués d’une seule molécule de glucide,
    • disaccharides saccharose, lactose,
  • structure plus complexe, polysaccharides :
    • hydrolysables, susceptibles d’être réduits en monosaccharides par une enzyme qui permet ainsi leur absorption par la muqueuse digestive,
      • Essentiellement l’amidon, principal constituant des féculents, des racines et des tubercules,
      • Et le glycogène, présent surtout dans le foie des animaux.
    • non hydrolysables, la majeure partie des fibres végétales alimentaires (cellulose).

A noter que les céréales comportent jusqu’à 5 à 7 fois plus de sucre que les fruits[1]. Cette information est essentielle lorsqu’un régime doit s’imposer. D’autant que le sucre des fruits est parfaitement digeste pour l’homme.

Valeur nutritive

Alors que tous les lobbys de l’industrie se préoccupent principalement des macronutriments, les micronutriments – vitamines, minéraux et oligo-éléments – sont trop souvent sortis de l’équation alimentaire.

Dans son ouvrage de référence[2], le Pr Collin Campbell rapporte que le monde occidental bénéficie d’une nourriture abondante et… déséquilibrée. Trop riche en macronutriments et trop pauvre en micronutriments, cette nourriture trop carnée et transformée est l’une – la première ? – des principales causes des maladies dites de civilisation.

Les principales maladies des pays “riches” – cardiovasculaires, cancers, diabètes – sont presque inconnues dans les pays pauvres.

Les glucides sont donc largement présents dans l’apport quotidien d’un occidental. Les différentes formes de glucides peuvent rendre la digestion des féculents et des céréales, délicate pour l’humain dans certains cas.

Des glucides à la “colle” indigeste

Le Dr Miguel Barthéléry, médecin chercheur, illustre comment la cuisson des féculents et céréales va impacter la structure chimique des glucides[3].

Ainsi, il mentionne que la cellulose et l’amidon sont des molécules apparemment identiques. Elles sont formées des mêmes molécules de glucose mises bout à bout, mais les liaisons qui relient ces molécules sont différentes.

Ainsi l’amidon cru possède des liaisons assimilables et digestes pour l’homme.

La cellulose crue possède des liaisons non-assimilables pour l’homme.

La cuisson fait réagir les molécules de sucre en formant des liens supplémentaires non-reconnus par l’organisme humain : le résultat est une collection de molécules compactes et enchevêtrées qui s’apparentent à de la colle.

Les colles d’amidon ne sont que partiellement digérées au niveau des liaisons et encrassent le foie et les humeurs.

Les colles de cellulose restent “entières”les liaisons sont indigestes – et s’éliminent aisément. Cependant la cellulose cuite piège dans ses mailles nombre de minéraux, qui deviennent dès lors inaccessibles pour l’organisme.

De bons intestins ?

Le rôle des intestins dans ses fonctions d’assimilation et d’élimination est crucial. Or le monde moderne avec sa malbouffe, ses différentes pollutions, en particulier électromagnétique et le stress, vont le rendre paresseux et trop poreux.

Cette hyperporosité intestinale peut laisser passer dans le sang des molécules dont les plus grosses sont celles du blé, du blanc d’œuf et du lait de vache. Ces intrus mal digérés vont être “encerclés” par les anti-corps : le sang s’épaissit ainsi. Ses différentes fonctions sont alors perturbées, amoindries.

Du bon usage des céréales

Les céréales seront particulièrement appréciables pour une consommation en graine germée.

Mais toute consommation, excessive ou non, d’une céréale transformée par un processus de cuisson, va produire ces colles ou viscosités qui sont indigestes, piègent certains micronutriments et encrassent les humeurs – lymphes interstitielle et circulante, sang – et le foie.

L’encrassement diminue bien évidemment les fonctions d’oxygénation, d’assimilation et d’élimination du corps, accélérant ainsi la perte de vitalité et le vieillissement.

Ces colles vont obliger le corps à consommer davantage d’énergie et trouver des stratégies d’élimination. Les intestins sont le premier canal d’élimination. Ils sont aussi les premiers à ralentir cette fonction sous l’effet de ces colles. Les poumons vont être aussi fortement sollicités, pouvant ainsi générer de nombreuses pathologies. Ces pathologies sont dites fonctionnelles car le corps doit éliminer ces colles ou viscosités.

Des symptômes liés aux céréales cuites

Mon expérience a confirmé la réalité de ces processus. Lorsque le corps est privé de ces glucides cuits – pain, pâtes, pâtisserie, pizza, riz, pomme de terre, etc. – le transit s’améliore jusqu’à permettre de visualiser ces liquides visqueux dans la cuvette des toilettes.

Et le ou les rhumes d’hiver disparaissent ! Plus besoin non plus de se moucher au lever. Ni même d’avoir la bouche sèche ou pâteuse.

De même, des reins englués par ces colles produisent une première urine du petit matin trop claire. Ces reins ne filtrent pas correctement les acides apportés par les protéines animales.

Enfin, la consommation de céréales et plus généralement de féculents cuits peut favoriser la prise de poids avec de la mauvaise graisse. Surtout en l’absence d’activité physique et une faible proportion d’alimentation vivante.

Impacts de la cuisson des céréales

(à modérer selon l’importance de la consommation)

  • Encrassement de
    • la lymphe circulante
    • la lymphe interstitielle
    • le sang
    • le foie
    • les reins
    • les intestins
  • Conséquence directe, baisse des fonctions
    • d’oxygénation
    • d’assimilation
    • d’élimination
  • Réactions de l’organisme
    • Prise de poids
    • Baisse de vitalité
    • Rupture d’équilibre vital s’exprimant par des maladies respiratoires entre autres.

Il n’y a aucun hasard. La nature est merveilleusement bien faite. Mais lorsque l’on ne respecte pas le mode d’emploi, le corps utilise la “mal-a-dit” pour se nettoyer et tenter de retrouver un équilibre vital optimum. L’humain n’est pas fait pour consommer des céréales cuites.

Si certaines populations les utilisent, semble-t-il avec bonheur, c’est aussi parce qu’elles consomment des facilitateurs d’assimilation et d’élimination, comme l’oignon ou les aliments lactofermentés.

N’oublions jamais de raisonner toute chose égale par ailleurs. L’homme est “flexivore” et peut s’adapter à son environnement avec une certaine résilience. Le mieux est bien évidemment d’éviter les céréales et féculents cuits. Ce faisant, on élimine le sujet du sans-gluten qui, bien que réel, peut donner lieu à d’autres aberrations avec des produits de substitution, transformés et nocifs…

Références & Sources

[1] La teneur en glucide des céréales jusqu’à 5 à 7 fois supérieure à celle des fruits https://www.objectifs-fitness.com/guide-glucides-hydrate-carbone/

[2] Pr Collin Campbell, “L’enquête Campbell”, aux éditions arènes, p 154

[3] in “La cure Zen Détox Aromatic”, Nelly Grosjean, Dr Miguel Barthéléry, Ed. 5 ml, Tome 1, Page 145

Sources :

Gludcide, hydrate de carbone ou sucre https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/glucide/13343

Le rôle des glucides dans le corps https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/PalmaresNutriments/Fiche.aspx?doc=glucides

Le rôle des glucides monosaccharides qui se transforment en acide soluble, qui permettent de dissoudre les acides insolubles  https://www.lachimie.org/docs/org/ch13_hydrates_de_carbone.pdf

Les bons et mauvais hydrates de carbone https://amelioretasante.com/bons-hydrates-de-carbone-face-aux-mauvais-brisons-mythes/

Les glucides raffinés https://fr.julinse.com/quels-sont-les-glucides-raffines/

 

Crédit photo FotoshopTofs de pixabay